Non au brûlage des déchets verts

L’entretien du jardin pour un particulier génère en moyenne 160 kg de déchets verts par personne et par an. Pour s’en débarrasser, 9 % des foyers les brûlent, ce qui représente près d’un million de tonnes par an, bien que cette pratique soit interdite depuis de nombreuses années.

Des solutions alternatives individuelles ou collectives, respectueuses de la qualité de l’air et de l’environnement et simples à mettre en œuvre existent pourtant tels que le compostage, le paillage ou encore l’apport en déchèterie.

Pourquoi le brûlage des déchets verts est interdit ?

Outre les risques d’incendie qu’il génère et les troubles de voisinage causés par les odeurs et la fumée, le brûlage des déchets verts ménagers contribue significativement à la dégradation de la qualité de l’air et nuit à l’environnement et à la santé.
A titre indicatif et au niveau des rejets polluants, 50 kg de déchets verts brûlés équivaut à 13 000 km parcourus avec un véhicule diesel récent ( Source ATMO AuRA– 2016).

En effet, le brûlage des déchets verts est une combustion peu performante. Elle émet une très grande quantité d’imbrûlés, en particulier si les végétaux sont humides. Les particules véhiculent des composés cancérigènes. Le brûlage des déchets émet également du monoxyde de carbone. En outre, la toxicité des substances émises peut être accrue quand sont associés d’autres déchets comme des plastiques ou des bois traités.

Ces émissions constituent un impact local fort sur les concentrations en particules pouvant engendrer des épisodes de pollution et ont des conséquences multiples :

  • sur la santé des personne à l’origine du feu et de la population environnante
  • sur l’augmentation des risques d’incendie
  • sur les milieux naturels, les cultures et les bâtiments (salissures, dégradations)
  • sur la destruction de ressources (déchets verts) pour lesquelles il existe des solutions alternatives de valorisation (dépôt en déchèterie, composteurs, plateformes de broyage et de compostage…)

Non au brîlage des déchets verts

Que risque-t-on en brûlant ses déchets verts ?

Dans le Puy-de-Dôme, l’arrêté préfectoral du 2 juillet 2012 précise l’interdiction permanente du brûlage à l’air libre ou à l’aide d’incinérateurs individuels des déchets végétaux et non végétaux des particuliers.
Cette pratique est passible d’une contravention de 450 euros. Des arrêtés spécifiques sont pris par département pour réglementer les différentes modalités, en distinguant en général le cas des déchets verts ménagers et assimilés de celui des activités agricoles et forestières.

Qu’est-ce que les déchets verts ?

Pour rappel, les déchets verts ménagers sont les déchets issus de l’entretien des jardins des ménages mais également des parcs et espaces verts des collectivités territoriales (feuilles mortes, déchets d’entretien de massifs, éléments issus de la tonte des pelouses, de la taille des haies et d’arbustes, d’élagages, de débroussaillement…)
De même, les dépôts sauvages de déchets verts sont interdits partout, y compris sur les chemins, en lisière de forêt ou au bord des rivières.

gestion des déchets verts

Des solutions simples  à mettre en œuvre

Des alternatives simples au brûlage existent pour transformer ses déchets verts en ressources !
A travers des pratiques de jardinage au naturel (culture d’espèces à croissance lente, tonte mulching, paillage, compostage…), il est possible de réduire et de valoriser ses déchets verts au sein même des jardins. Résidus de tontes, feuilles et branches ne sont alors plus des déchets à éliminer mais des ressources locales précieuses pour une gestion plus durable de nos espaces de vie.

> Je souhaite en savoir plus sur les bonnes pratiques d’entretien de mon jardin

Enfin, si vous n’avez pas la possibilité de réutiliser vos déchets verts dans votre jardin, déposez-les en déchèterie afin qu’ils puissent être valorisés en compost. Le niveau de particules qui pourraient être générées par le brûlage de végétaux est bien supérieur à celui du trajet.

4 Comments

    1. Fanny

      Bonjour,

      Pour ce qui est des feuilles, vous pouvez vous en servir pour pailler vos plantes ou potager si vous en avez un. Vous pouvez également en faire un « terreau de feuilles » en faisant un tas que vous laissez décomposer. Enfin, vous pouvez également vous servir de cette matière sèche pour réaliser du compost. Je vous invite à lire la fiche conseil N°3 « Mieux gérer les feuilles pour ne plus les jeter » disponible sur notre site internet : > Télécharger les fiches conseils
      A défaut, vous pouvez les déposer en déchèteries, elles seront valorisées en compost dans l’unité de traitement de Vernéa à Clermont-Fd.

      Pour ce qui est des branches, plusieurs possibilités :
      -acheter un broyeur (nous subventionnons l’achat de broyeur à hauteur de 30%, voir conditions ici) et utiliser le broyat produit pour pailler vos plantes ou potager ou pour apporter de la matière sèche pour la réalisation de compost.
      Pour cette partie, je vous invite à lire les fiches conseils N°8 et 9 > Télécharger les fiches conseils

      -déposer ces branches sur l’une de nos plateformes de broyage (1 à St Ours, 1 à Pontaumur, 1 zone dédiée aux Ancizes, sur les sites de nos déchèteries) > le SICTOM se charge de les broyer (broyat mis à disposition des communes et des habitants).

      Merci de l’intérêt que vous portez à la valorisation de vos déchets, nous restons à votre disposition pour toutes questions.

    1. Fanny

      Bonjour,
      Nous parlons dans cet article des déchets verts des particuliers, et les solutions proposées concernent l’entretien des jardins de ces personnes.
      La collecte des déchets des agriculteurs ne fait pas partie des activités gérées par le SICTOM. Le brûlage des déchets verts par les agriculteurs est réglementé, je vous invite à vous rapprocher de votre mairie pour en connaître les modalités.
      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 58 = 67

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.